Méditez l’appel de la meute de chimpanzés

Prenez  une pièce vide et cinq chimpanzés. Au milieu de la pièce, une échelle, et une banane placée à son sommet. Dès qu’un premier singe a repéré la banane, il grimpe à l’échelle pour l’attraper et la manger. Mais sitôt qu’il approche du fruit, un jet d’eau glacé partant du plafond s’abat sur lui et le fait tomber. Les autres singes tentent eux aussi de gravir les échelons. Tous se font asperger et finissent par renoncer à s’emparer de la banane.

On coupe le jet d’eau et on remplace un singe trempé par un autre, tout sec. A peine est-il rentré, les anciens s’efforcent de le dissuader de grimper pour lui éviter la douche froide. Le nouveau venu ne comprend pas. Il ne voit qu’un groupe de congénères l’empêchant de prendre une friandise. Il essaie donc de passer en force et se bat contre ceux qui veulent le retenir. Mais contre quatre, il se fait ruer de coups.

Un autre singe trempé est remplacé par un nouveau singe sec. A peine est-il rentré que son prédécesseur a cru comprendre que c’est comme cela qu’il convenait d’accueillir les nouveaux venus, se jette sur lui et le rosse. Le nouveau venu n’a pas eu le temps de repérer l’échelle et la banane qu’il est déjà hors jeu. Le troisième, le quatrième et le cinquième singes mouillés sont à leur tour remplacés par autant de singes secs.

Chaque fois, les nouveaux chimpanzés sont roués de coups dès leur entrée.

L’accueil est même de plus en plus violent, les singes s’y mettant à plusieurs pour assommer le nouveau, comme s’il s’agissait d’un rituel d’accueil à perfectionner.

Au final, il y a toujours une banane au sommet de l’échelle, mais les cinq singes secs sont tous sonnés et ne songent même pas à s’en approcher. Leur seul souci est de guetter la porte par ou apparaîtra un nouveau congénère afin de le démolir plus vite.

Je ne sais pas si cette expérience a réellement été menée, elle n’est décrite que dans un bouquin de Werber, mais dans notre démocratie de gnous, on en est sûrement pas loin….

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire